Audioprothésiste Diplômé d'Etat
à Louvres, Bouffémont et Viarmes

Actualités

  • Ukraine : les explosions ont endommagé l'audition des habitants

    Une équipe, formée d’un audioprothésiste et d’un médecin ORL, intervient depuis plus d’un mois en Ukraine, dans les régions de Kiev ravagées par l’armée russe. Ils y découvrent un nombre important de personnes ayant perdu l’audition, suite aux explosions et aux tirs d’artillerie.

    Kurilets Taras est audiologiste au centre d’audition Aurora de Kiev. Audition infos vous avait relaté la vie quotidienne de ces audioprothésistes, qui continuaient à exercer sous les bombes. Maintenant que les bombardements ont cessé dans cette région du centre nord du pays, une équipe composée de Kurilets Taras comme audiologiste et d’un médecin ORL sillonne les villes ravagées par les bombardements autour de Kiev, pour effectuer des consultations d’audition.

    Dans ces régions, beaucoup d’habitants ont vu leur maison détruite par les troupes russes. Ils vivent maintenant depuis plusieurs mois sans communication, sans lumière ni chauffage, sans gaz et sans eau. Beaucoup d’entre eux ont perdu des proches, souvent dans des conditions particulièrement horribles, et ont été blessés. Deux fois par semaine, l’équipe d’Aurora se déplace à bord d’un véhicule spécialement équipé pour l’occasion. Elle réalise des examens ORL, des diagnostiques auditifs, fournit des recommandations pour les traitements et les médicaments nécessaires.
    Après un mois et demi d’intervention, Kurilets Taras rapporte que « De nombreux résidents ont été diagnostiqués avec une déficience auditive irréversible : qui datait de longue date ou qui a été acquise - à partir de sons très forts : explosions et tirs d’artillerie. Dans de tels cas, des prothèses auditives sont nécessaires. Mais encore pleins d'énergie, les hommes et les femmes en ont honte, estimant que c'est un signe de faiblesse ou que ce n'est pas encore l'heure. »
    Le frein psychologique à l’appareillage semble encore plus fort que dans ce pays en guerre que dans d’autres pays.

    Cette opération, menée par le centre Aurora de Kiev, une enseigne créé en 1991 et devenue l’une des principales enseignes d’audioprothèse en Ukraine, a été nommée «Cabinet on Wheels. We are close ». Elle a débuté à la demande de l’association Vidchui (Vidchui.org), une association ukrainienne qui milite pour le droit des malentendants, et avec le soutien financier de Fight for Right, une organisation non gouvernementale qui se bat pour que les personnes présentant un handicap en Ukraine, puis avoir les mêmes droits que les autres personnes.


    En savoir plus
    Publié le 24/06/2022

  • Un automobiliste verbalisé à cause de son appareil auditif

    D’après le Courrier Picard, un automobiliste de Saint-Quentin dans l’Aisne, a écopé d’une amende pour « port à l’oreille d’un appareil susceptible d’émettre du son », alors qu'il s'agissait de sa prothèse auditive. Il a contesté la légitimité du PV, sans obtenir une réponse claire.

    Dominique Moret a reçu le 13 avril 2022, un courrier du centre des amendes de Rennes, avec un procès-verbal de 135 € et un retrait de trois points de son permis de conduire. Il lui est reproché d’avoir conduit « un véhicule avec port à l’oreille d’un appareil susceptible d’émettre du son ». « Je ne conduis jamais avec un kit piéton. En revanche, je porte deux appareils auditifs à mes oreilles », expose le Saint-Quentinois qui se considère victime d’une méprise totale des forces de l’ordre. « Je n’ai pas été arrêté par la police et je n’ai même pas vu l’ombre d’un képi ce jour-là », se souvient-il, ce qui ne lui a pas permis de s'expliquer au sujet de son appareil.

    Le 4 mai dernier, il a écrit à l’officier du ministère public et dûment rempli une contestation de son procès-verbal, renvoyée au centre de Rennes, avec son test auditif, la facture de ses deux appareis qu’il porte depuis six ans, la prescription médicale afférente, les photos de ses appareils seuls et à ses oreilles. La formule de requête en exonération a été postée pour Rennes le 5 mai. Onze jours plus tard, il n’avait toujours pas reçu de courrier officiel, lui précisant au moins que sa demande allait être étudiée de près. « Si son opposition au procès-verbal n’est pas retenue, le plaignant peut saisir le tribunal judiciaire compétent », indique la préfecture du département. « Il y a un délai d’attente entre sa contestation parvenue à Rennes et le retour chez nous auprès de l’officier du ministère public. Mais sa requête sera étudiée et traitée. Nous communiquerons sans souci auprès de lui », confirme-t-on, mardi 17 mai, au commissariat de Saint-Quentin.
    Cependant, si les forces de l'ordre multiplient les contrôles à vue de l'utilisation d'oreillette, tous les porteurs d'aides auditives pourraient bientôt être assujetis à ces démarches administratives lourdes, à chacune de leur sortie en voiture, ce qui pourrait être inquiétant.

     


    En savoir plus
    Publié le 01/06/2022

  • Des vêtements qui "entendent" comme une oreille

    « Vous avez du mal à entendre ? Il suffit de monter le son de votre chemise. » C'est ainsi que l’équipe d’ingénieurs du MIT et des collaborateurs de la Rhode Island School of Design résume ce nouveau tissu acoustique, qui fonctionne comme un microphone, convertissant le son d'abord en vibrations mécaniques, puis en signaux électriques, de la même manière que nos oreilles entendent.

    Tous les tissus vibrent en réponse à des sons audibles. Pour capter ces signaux imperceptibles, les chercheurs ont créé une fibre flexible qui, lorsqu'elle est tissée dans un tissu, se plie avec le tissu comme une algue à la surface de l'océan. La fibre est conçue à partir d'un matériau "piézoélectrique" qui produit un signal électrique lorsqu'il est plié ou déformé mécaniquement, ce qui permet au tissu de convertir les vibrations sonores en signaux électriques. Le tissu peut ainsi capter des sons dont le niveau de décibels varie d'une bibliothèque silencieuse à un trafic routier intense, et peut déterminer la direction précise de sons soudains tels que des battements de mains. Lorsqu'il est tissé dans la doublure d'une chemise, le tissu peut détecter les battements subtils du cœur de son porteur. Les fibres peuvent également être conçues pour générer un son, tel qu'un enregistrement de paroles, qu'un autre tissu peut détecter. Des applications destinées aux malentendants sont imagineables.

    Une étude détaillant la conception de l'équipe est publiée dans la revue scientifique Nature. L'auteur principal, Wei Yan, professeur adjoint à l'université technologique de Nanyang, à Singapour et qui a participé à la mise au point de la fibre en tant que post-doctorant au MIT, voit de nombreuses utilisations pour les tissus qui entendent. « En portant un vêtement acoustique, vous pourriez parler à travers lui pour répondre à des appels téléphoniques et communiquer avec d'autres personnes. En outre, ce tissu peut s'interfacer imperceptiblement avec la peau humaine, permettant aux porteurs de surveiller leur état cardiaque et respiratoire de manière confortable, continue, en temps réel et à long terme. »

    S'inspirant du système auditif humain, l'équipe a cherché à créer une « oreille » en tissu qui serait souple, durable, confortable et capable de détecter les sons. Leurs recherches ont conduit à deux découvertes importantes : un tel tissu devrait incorporer des fibres rigides, ou "à haut module", pour convertir efficacement les ondes sonores en vibrations. L'équipe devait également concevoir une fibre capable de se plier avec le tissu et de produire une sortie électrique au cours du processus. Avec ces directives à l'esprit, l'équipe a développé un bloc de matériaux en couches, appelé préforme, composé d'une couche piézoélectrique ainsi que d'ingrédients destinés à renforcer les vibrations du matériau en réponse aux ondes sonores. La préforme obtenue, de la taille d'un marqueur épais, a ensuite été chauffée et tirée en fines fibres de 40 mètres de long.
    L'équipe a ensuite tissé la fibre avec des fils conventionnels pour produire des panneaux de tissu pouvant être drapés et lavés en machine. Résultat, le tissu ressemble à une veste légère, plus légère qu'un jean, mais plus lourde qu'une chemise.


    En savoir plus
    Publié le 31/05/2022

  • Elon Musk prétend pouvoir « guérir les acouphènes d’ici cinq ans »

    Dans un tweet, le patron de Tesla, Elon Musk, affirme que la puce cérébrale produite par son entreprise Neuralink, pourrait « guérir » les acouphènes d’ici 2027. Cependant, un article publié dans The Conversation, se demande si ce délai de cinq ans est réellement tenable.

    Neuralink, une start-up de la Silicon Valley soutenue par Elon Musk, a mis au point un dispositif neuroprothétique appelé « interface cerveau-ordinateur ». Le dispositif, de la taille d'une pièce de monnaie, appelé Link, est implanté sous l'os du crâne par un robot chirurgical de précision. Ce dernier, connecte un millier de fils miniatures du Link à certains neurones. Le dispositif se connecte à un ordinateur externe par Bluetooth pour une communication continue dans les deux sens. À l'avenir, il pourrait aider les personnes souffrant de divers types de troubles neurologiques où il y a une déconnexion ou un dysfonctionnement entre le cerveau et les nerfs qui desservent le corps. Cela inclut les personnes atteintes de paraplégie, de quadriplégie, de la maladie de Parkinson et d'épilepsie. Elon Musk affirme notamment que cette puce pourrait également guérir les acouphènes, d’ici 2027. Les essais sur l'homme visant à poursuivre le développement du prototype Neuralink devraient commencer vers la fin de 2022, sous réserve de l'approbation de la Food and Drug Administration (FDA) des États-Unis.Cependant l’auteur de l’article, David Tuffley, maître de conférences en éthique appliquée et cybersécurité à l'école des technologies de l'information et de la communication de l'université Griffith à Brisbane/Gold Coast en Australie, s’interroge sur la véracité de cette affirmation fracassante. Selon lui, le dispositif neuroprothétique pourra être utile à l'avenir pour les personnes atteintes de troubles neurologiques tels que la maladie de Parkinson ou l'épilepsie, où il existe une déconnexion entre le cerveau et les nerfs. En revanche, il indique qu'on ne sait pas combien de temps il faudra pour que les données cliniques indiquant que le dispositif est sûr pour un usage humain obtiennent l'approbation de la FDA.
    En effet, l’administration classe Neuralink dans la catégorie des dispositifs médicaux de classe III, soit la catégorie la plus risquée. Avant de commencer les essais sur l'homme, le dispositif doit passer avec succès des contrôles réglementaires rigoureux. Pour être approuvée, la société doit fournir des données exhaustives sur les essais cliniques réalisés sur des sujets non humains (notamment sur des singes) afin de justifier le passage à la phase suivante. Cependant, certains d’entre eux sont morts pendant les tests de Neuralink, et les critiques ont soulevé des inquiétudes quant au bien-être des animaux. Le processus d'approbation des essais sur l'homme pourrait prendre un certain temps. Les autorités de réglementation seront attentives aux conséquences négatives involontaires du dispositif, telles que la dépression. Ils s'intéresseront également à l'aspect pratique du retrait ou de la réparation du dispositif en cas de dysfonctionnement, ainsi qu'à la manière de gérer le risque de lésion ou d'infection cérébrale.
    Une fois que la FDA aura approuvée (si elle le fait), Neuralink recrutera des volontaires humains et la prochaine série d'essais se déroulera. Personne ne sait combien de temps il faudra attendre avant que le dispositif ne soit commercialisé et combien il coûtera. Cela pourrait prendre des années, avec un prix qui le met hors de portée de tous, sauf des plus riches. Pour David Tuffley, il est donc « sage de ne pas se faire de faux espoirs quant à un implant abordable à court terme ».

    Depuis sa création en 2016, Neuralink recrute des neuroscientifiques de haut niveau issus du milieu universitaire et de la communauté de recherche au sens large pour développer la technologie permettant de traiter ces pathologies.


    En savoir plus
    Publié le 12/05/2022

  • Etude : plus de risques de maladie de Ménière chez les migraineux

    De nouvelles approches de la prise en charge de la maladie de Ménières pourraient être trouvées, suite aux récents travaux de chercheurs sud-coréens qui ont découvert une association entre cette affection de l'oreille interne et la migraine.

    Les auteurs de l'étude, publiée dans le JAMA - Otolaryngology d'avril 2022, suggèrent que de nouveaux agents thérapeutiques pourraient être développés, sur la base de l'association entre la migraine et la maladie de Ménière. Leur étude a démontré des associations bidirectionnelles, montrant que les patients atteints de maladie de Ménière avaient un risque plus élevé de développer une migraine et que les patients souffrant de migraine avaient un risque accru de développer la maladie de Ménière.

     
    Étude cas-témoins de patients migraineux et maladie de Ménière
    Des enquêtes antérieures avaient déjà signalé une association entre les deux pathologies, mais il manquait une étude sur leur relation dans le temps. Les auteurs ont mené une étude à partir de cas-témoins incluant des participants de 40 ans ou plus, choisis dans la cohorte de dépistage du Service national d'assurance maladie coréen de 2002 à 2015.
     
    Un total de 6 919 patients atteints de maladie de Ménière ont été appariés en même temps que 27 676 participants témoins sans maladie de Ménière, avec un correspondance pour l'âge, le sexe, le revenu et la région de résidence. 35 889 autres patients souffrant de migraine ont été appariés ains que 71 778 participants témoins sans migraine.
     
    L'analyse a ainsi porté sur un total de 142 262 participants. Des migraines sont survenues chez 695 des 6 919 patients atteints de maladie de Ménière (10,0 %) et 970 des 27 676 participants témoins appariés (3,5 %). La maladie de Manière était présente chez 1 098 des 35 889 patients souffrant de migraine (3,1 %) et 781 des 71 778 participants témoins appariés (1,1 %).
     
    "La thérapeutique de la migraine pourrait potentiellement être appliquée à la maladie de Ménière et vice versa", ont conclu les chercheurs.
     
    P.W.

    En savoir plus
    Publié le 06/05/2022

  • Les interprètes en Langue des Signes, grands gagnants du débat présidentiel

    N’en déplaise aux deux candidats, les grands gagnants du débat du 20 avril sont… les interprètes en LSF ! Ces derniers ont en effet fait forte impression à de nombreux internautes, notamment lorsqu’il a fallu traduire les expressions peu courantes employées par les deux finalistes.

    « C’est pas Gérard Majax ce soir madame Le Pen », « l’Europe est une copropriété, on ne peut pas décider seul de ripoliner la façade » ou encore un « finito », voilà des expressions qui ont donné du fil à retordre aux quatre interprètes de la soirée. La toile s’est enflammée à la suite de ces déclarations, oscillant entre humour et profond respect : 

    L'interprète en langue des signes de Macron quand il a dû traduire "Ripoliner la façade", "Finito" et "C'est pas Gérard Majax" #DebatMacronLePen pic.twitter.com/TCOwpOMHW0


    En savoir plus
    Publié le 21/04/2022

  • Ukraine : des malentendants sous les bombes

    Après deux mois passés dans un pays en guerre, Volodymyr  Minaiev, directeur général d'Aurora, l'une des principales enseignes d'audioprothéses implantée un peu partout en Ukraine, nous livre un témoignage poignant du quotidien des audioprothésistes et des malentendants. Angoisse des patients, aide humanitaire ... il nous raconte comment le monde de l'audio fait face aux bombardements.

    "C'est seulement tôt le matin du 24 février 2022, lorsque nous avons été réveillés par un fort bruit venu de l'extérieur, des appels alarmants de nos familles et des messages dans le tchat professionnel ("Nous avons entendu des explosions ! ", " On voit les avions de guerre voler ! ", " Il y a le feu ! ) que nous avons compris que la guerre avait commencé.
    La Russie venait d'effectuer de nombreuses frappes de missiles sur le territoire Ukrainien et avait commencé une invasion à grande échelle.
    Tous les employés d'Aurora ont alors été invités par la direction à rester dans un endroit sûr.
    Nous avions déjà eu une expérience difficile en 2014, avec l'occupation russe de la Crimée et l'invasion d'une partie des régions de Lougansk et de Donetsk, qui nous avait causé une perte de 60 % de notre activité. Alors, nous avons rapidement compris le danger et la gravité de notre situation.
    Dans un premier temps, nos collègues vivant à proximité du centre médical sont venus sur leur lieu de travail pour renforcer les fenêtres, éteindre les équipements électriques, fermer l'installation et déplacer les équipements dans un endroit sûr…
    D'autres employés, pouvant le faire, ont commencé à évacuer leurs familles de Kiev vers les régions occidentales de l'Ukraine, loin des opérations militaires.
    Quelques jours plus tard, malgré les bombardements et les attaques de missiles, nous avons organisé la fourniture gratuite de piles à tous les utilisateurs d'aides auditives. Cela a été fait dans les cinq centres les plus sûrs de Kiev, ainsi que dans certains centres régionaux ukrainiens. Nous avons reçu beaucoup de demandes de piles d'aides auditives et d'implants cochléaires. En tant que professionnels de l'audition, nous comprenons l'importance cruciale de l'audition dans ces circonstances, pour rester en contact avec les gens, mais aussi localiser les sons, et prévenir l'anxiété qui peut augmenter lorsqu'une aide auditive s'éteint. Comme nous le savons, les solutions auditives modernes permettent non seulement à une personne d'entendre, mais elles protègent également l'audition résiduelle en diminuant un niveau de sons trop forts. Malgré tous nos efforts, nous n'avons pas été en mesure de fournir gratuitement des piles à tous les intéressés, car se déplacer dans la ville était extrêmement dangereux, à la fois pour nos employés et nos clients, aucun transport public terrestre ne fonctionnait et le métro était utilisé comme abri anti-bombes par les habitants. Parallèlement, la demande pour les piles n'a cessé d'augmenter, en raison d'un paysage sonore très élevé, et aussi, parce que nos clients utilisent leurs appareils auditives toute la journée, et même pendant le sommeil pour entendre les alertes, ce qui a entraîné une décharge rapide des piles.
    Grâce à notre expérience du travail à distance pendant la pandémie de COVID-19, nous avons pu organiser et reprendre rapidement l'activité de notre centre d'appels dédié au conseil et aux réglages à distance.
    Notre centre médical n'a presque pas suspendu ses travaux depuis le début de la guerre et nos réseaux sociaux sont toujours restés actifs. Au début, nous travaillions dans un endroit où seulement des piles gratuites étaient fournies aux clients ; ensuite, nous avons repris les rendez-vous avec l'audiologiste, la programmation des appareils auditifs et le travail de notre centre de service. Mais nous n'avons pas pu travailler à pleine capacité, car une partie importante de notre équipement et de notre personnel ont été évacués.
    Non seulement les professionnels de la santé, mais aussi le personnel des ventes, de la logistique et de la comptabilité, ont travaillé en ligne – en partie à Kiev et en partie dans des régions plus sûres d'Ukraine ou depuis l'étranger.
    Les premiers jours d'avril, les troupes russes ont commencé à se retirer de la banlieue de Kiev, et nous, dans notre centre médical, avons prolongé les heures de réception de nos clients (sur rendez-vous, et en tenant compte d'une situation de la ville et du couvre-feu).
    Plus tard, nous avons reçu l'information officielle que la région de Kiev était totalement libérée des envahisseurs. Ainsi, nous pouvions ramener notre équipement audiologique du stockage vers le centre médical et reprendre l'évaluation auditive complète, l'ajustement et l'entretien des aides auditives.
    Actuellement, les transports publics à Kiev n'ont toujours pas repris leur fonctionnement normal. Nos clients ont peur de se déplacer dans la ville, et l'expédition d'appareils auditifs et d'accessoires de nos fournisseurs en Europe n'est pas encore bien rétablie. Mais nous travaillons d'arrache-pied afin de fournir des soins auditifs à nos patients et à restaurer l'économie de l'Ukraine.
    Nous sommes optimistes, malgré le danger pour nos collègues à Kiev, car il y a toujours un risque élevé de frappes de missiles par les envahisseurs.

    Dans certaines villes ukrainiennes, où vivent nos partenaires, la situation reste critique.

    Et nous espérons que nous serons bientôt en mesure de dire à nos collègues et à nos clients : " Maintenant, vous pouvez retourner chez vous. Ici, vous êtes en sécurité "."

    Témoignage de Volodymyr  Minaiev, directeur général d'Aurora Hearing Rehabilitation Center, principale enseigne d'Ukraine

     

    L'aide humanitaire en audioprothèse  : un soutien indispensable
    Aurora a reçu le soutien de Demant, qui a aidé de nombreux Ukrainiens atteints de perte auditive.  Grâce au canal d'approvisionnement d'aide  humanitaire mis en place par Oticon au Danemark et Oticon Medical en France, des milliers d'Ukrainiens ont pu obtenir gratuitement des piles pour leurs aides auditives et leurs systèmes d'implants cochléaires.
    " Nous sommes profondément reconnaissants à tous nos partenaires et  collègues audiologistes européens pour leur aide,  leur soutien et leur abri pour nos compatriotes à l'étranger. " a tenu a préciser Volodymyr Minaiev, le directeur général de l'enseigne Aurora.

     

    Qu'est-ce que l'enseigne Aurora ?
    Aurora Hearing Rehabilitation Center est la plus grande enseigne médicale privé de soins auditifs d'Ukraine. Il a été créé en 1991 à Kiev, et compte aujourd'hui 66 employés. Le centre Aurora de Kiev fournit des soins auditifs aux enfants et aux adultes ayant des troubles de l'audition et de la parole. Les professionnels effectuent le dépistage auditif néonatal, l'évaluation auditive objective et subjective pour les enfants et les adultes, l'ajustement des appareils auditifs et des systèmes d'implantation cochléaire, la perception auditive et les cours de développement de la parole pour les patients de tous âges, des nouveau-nés aux patients âgés.
    Le siège de HCR AURORA est situé au 43, rue Demiivska à kiev, en Ukraine

     

     


    En savoir plus
    Publié le 21/04/2022

  • Vaccin covid-19 : l’OMS reconnait des effets secondaires sur l’audition

    Un rapport de l’OMS parut dans la newsletter de février 2022, révèle l’existence d’un lien entre l’apparition de troubles de l’audition (acouphènes et de perte auditive soudaine) et la vaccination contre la covid-19.

    Dans son dernier bulletin d'information sur les produits pharmaceutiques (à partir de la page 18), l’Organisation Mondiale de la Santé indique examiner de plus près les cas de personnes souffrant d'acouphènes et de perte auditive après avoir reçu une vaccination contre le Covid-19. Même si les cas restent rares, leur signalement et le lien avec l'injection du vaccin a poussé l’OMS à demander une surveillance renforcée. Désormais, les cas de troubles auditifs détectés et survenus après une injection contre la covid-19 sont placés sous surveillance, afin de servir de base de réflexion aux laboratoires pharmaceutiques. « La connaissance de ce lien possible peut aider les professionnels de la santé et les personnes vaccinées à surveiller les symptômes et à se faire soigner, le cas échéant. Comme il n'y a encore que des données limitées dans la recherche fournissant des preuves de ce lien, une surveillance supplémentaire est nécessaire », indique l'OMS.

    Dans son rapport, l’organisation indique que les cas proviennent de dix pays et la plupart ne présentent aucune comorbidité. Sur la base de cas bien documentés, des causes alternatives n'ont pas été identifiées pour la plupart des patients, bien que certains aient pu avoir des morbidités contributives (par exemple, la maladie d'Alzheimer, des allergies, de l’hypertension artérielle pression artérielle, une perte auditive antérieure, dysfonctionnement de la thyroïde ou des troubles auto-immuns). Les patients, pour la plupart jeunes (47 ans en moyenne) et en bonne santé, ont déclaré avoir éprouvé des problèmes auditifs quelques minutes à plusieurs heures après avoir reçu leur vaccin, selon le rapport de l'OMS. Nombreux sont ceux qui ont connu une guérison rapide, tandis que certains ont eu besoin d'un traitement aux stéroïdes. En outre, plusieurs patients ont signalé d'autres réactions concomitantes telles que des maux de tête, des nausées et des vertiges. La description supplémentaire de vertiges et de nausées peut suggérer l'implication non seulement du nerf cochléaire, mais aussi du nerf vestibulaire.

    Le rapport précise que « certains patients ont décrit l'audition étouffée ou les acouphènes comme évoluant vers une perte auditive partielle ou totale. Certains cas bien documentés ont enregistré un audiogramme confirmant le diagnostic de perte auditive soudaine et, dans de nombreux cas, la nécessité d'un traitement par stéroïdes à forte dose. Dans la moitié des cas, il a été noté que le patient se rétablissait ou s'était rétabli de sa perte auditive, tandis qu'aucune information supplémentaire (ou peu d'informations) sur le suivi n'a été enregistrée pour les autres cas. Les preuves de la perte auditive à long terme sont donc incomplètes. » 


    En savoir plus
    Publié le 14/04/2022

  • Un test génétique pour prévenir de la surdité pédiatrique

    Chaque année, plus d'une centaine des bébés ou jeunes enfants perdent l'audition à cause d'un antibiotique d'urgence couramment utilisé dans le milieu hospitalier. Pour éviter cela, les établissements équipés peuvent désormais déterminer en seulement vingt-cinq minutes, avec un test génétique, si un bébé gravement malade admis en soins intensifs, possède un gène susceptible d'entraîner une perte auditive permanente s'il est traité avec cet antibiotique. Cette nouvelle technique de test, par écouvillonnage, remplace un test qui prenait traditionnellement plusieurs jours et se révélait inadapté dans les situations d'urgence.

    Ce nouveau test pourrait sauver l'audition de 180 bébés rien qu'en Angleterre chaque année. Comme le précise l’étude, les personnes admises en soins intensifs reçoivent généralement un antibiotique appelé gentamicine dans les soixante minutes. Alors que la gentamicine est utilisée pour traiter en toute sécurité environ 100 000 bébés par an, un bébé sur 500 est porteur du gène qui peut lui faire subir une perte auditive permanente. En ayant l'information du risque de perte auditive, cela permet d'administrer aux bébés porteurs de la variante génétique un autre antibiotique. Au final, si l'équipement représente un coût pour les établissements de santé, ce test devrait permettre au NHS d'économiser cinq millions de livres chaque année en réduisant la nécessité d'autres interventions, telles que les implants cochléaires.

    L'idée du test est née il y a cinq ans, et les essais ont commencé en 2020, avec d'autres adaptations et mises au point, de sorte que la machine actuelle, qui s'appelle le système Genedrive, est maintenant entièrement certifiée CE pour être utilisée dans un cadre clinique. Les résultats de l'étude ont été publiés dans JAMA Pediatrics, célèbre revue de pédiatrique, le 21 mars dernier. Soutenu par un financement de 900 000 £ du National Institute for Health Research (NIHR) et par le soutien de l'organisation caritative Royal National Institute for Deaf People, le système Genedrive, qui coûte 80 £ par bébé, a été mis au point par Genedrive, une start-up basée à l'université de Manchester. Il a été développé en étroite collaboration avec l'équipe du professeur Bill Newman au centre de recherche biomédicale de Manchester.


    En savoir plus
    Publié le 08/04/2022

  • Phonak ouvre un canal de discussion pour les audioprothésistes ukrainiens et livre des piles gratuitement

    La branche Ukrainienne de Phonak a annoncé via sa page facebook, l’envoi dans un futur proche, de piles gratuites pour toutes les personnes appareillées en Ukraine, sur demande. De plus, l’entreprise a également ouvert un canal de discussion sur Telegram, afin d’aider et de conseiller les personnes souffrant de problèmes auditifs.

    Dans le canal Telegram « PROHearing avec Phonak », il est possible :

    • D’obtenir des réponses des audiologistes à toute question sur l'utilisation des outils de correction auditive pendant la guerre ;
    • De résoudre les problèmes problématiques concernant le fonctionnement des prothèses auditives ;
    • D’obtenir des conseils et des recommandations utiles

    De plus, si le problème ne peut être résolu en ligne, l’entreprise coordonnera et redirigera les utilisateurs vers des professionnels qui sont encore au travail dans une zone de guerre à Kiev, Lviv, Odessa, Kharkiv, Kropivnitsky, Krivoy Roty, Ternopil, Zhytomyr, Korosteni, Vinnytsia et Ivano-Frankivsk. De nombreux conseils pour protéger son audition des explosions et tirs, mais aussi sur les fonctionnalités comme le Bluetooth, sont dispensés sur la page Facebook et dans le groupe de discussion :
    « Des appareils auditifs bien réglés n'endommagent pas vos oreilles, même en cas de coups de feu ou d'explosions. Ils disposent d'un circuit de protection automatique qui limite automatiquement le niveau sonore de sortie. »
    « En général, vous pouvez porter vos appareils auditifs de la manière dont ils sont adaptés. L'absence de ventilation peut aider à "briser" la forte pression du vent qui suit une explosion et contribuer à protéger l'oreille, alors que la ventilation peut mieux équilibrer la pression du vent à l'extérieur et à l'intérieur du canal auditif. Dans tous les cas, n'oubliez pas de garder la bouche ouverte pour les ondes sonores et les poussées. »
    « La fonction Bluetooth est très pratique et utile, mais qui nécessite en même temps beaucoup d'énergie. Par conséquent, si vous utilisez des appareils auditifs sans fil et que vous vous trouvez dans une zone où l'alimentation électrique est limitée ou dans laquelle il existe un risque de coupures de courant intermittentes, il est préférable de désactiver la fonction Bluetooth. Si vous n'avez pas assez de piles pour alimenter vos appareils auditifs, il est également préférable de désactiver le Bluetooth. Si vous vous trouvez dans une région relativement paisible, ne désactivez pas Bluetooth pour des raisons de sécurité : la connexion n'est pas reconnue par le service de guidage militaire et n'affectera pas la trajectoire des missiles ou autres équipements militaires. »
    D’autres conseils seront dispensés au fur et à mesure des jours, que cela soit pour les malentendants appareillés, ou pour toute la population afin de protéger un maximum leur audition.


    En savoir plus
    Publié le 24/03/2022

Ressources

Vous méritez ce qui se fait de mieux. Nos professionnels sont convaincus que chacun, quel que soit son âge, a le droit à une audition optimale.

Contacts

Plusieurs laboratoires
à votre service
Cliquez ici pour accéder
à la liste

Newsletter

Abonnez vous à notre newsletter